Birmanie Lac Inle

Jours 303 à 306 : Calme et fraîcheur au lac Inle

9 décembre 2017

Vendredi 1er décembre (déjà !), nous nous levons vers 7h du matin, et prenons notre petit déjeuner. Un minibus doit venir nous chercher vers 9h pour nous emmener au bus qui va au Lac Inle, au sud-est de Mandalay. Finalement, alors que Romain est en train de prendre sa douche, nous recevons un appel dans la chambre qui nous indique que le bus est déjà là… Il est à peine 8h. Nous nous dépêchons donc de boucler les sacs, Romain de sortir de sa douche et nous partons complètement à l’arrache (Marine ne prend même pas de douche), cela commence fort !

Le pick-up nous emmène à la station de bus après avoir récupéré tous les passagers, et nous partons finalement vers 9h. Le trajet commence un peu comme un enfer, car un bip bip résonne dans le bus, toutes les 3 secondes environ (le genre de bip bip pour le frein à main ou pour que le conducteur mette sa ceinture). Les autres passagers n’ont pas l’air de remarquer, pendant que nous commençons à monter en pression tout doucement. Au bout d’un moment, Romain n’en peut plus et demande au chauffeur s’il peut arrêter le bruit, dans une parfaite imitation du bip-bip ! Le conducteur fait une tête genre « aaah », comme s’il n’avais pas entendu, et l’arrête finalement. On peut enfin se détendre !

La route se passe bien, jusqu’au moment où nous arrivons dans la partie montagneuse (environ à la moitié du trajet). Là, cela devient plus compliqué et Marine fait au mieux pour ne pas être malade. Nous faisons une pause à mi-chemin dans la montagne, bienvenue pour prendre un peu l’air avant de repartir. La fin du trajet se fera finalement sans soucis.

Nous arrivons à Nyaung Shwe, la ville la plus proche du lac Inle (à 10 kilomètres), aux alentours de 17 heures (il y a donc quand même 7 bonnes heures de route depuis Mandalay). À l’entrée, comme à Bagan, il faut payer une « entrance fee », soit une taxe pour accéder à la zone. Elle est de 13 500 kyats, ou 10$, et est valable 5 jours (après on ne nous la demandera pas à la sortie, ni nulle part ailleurs en fait, on pense donc qu’il est possible de rester un peu plus).

Le bus nous dépose dans le centre du village. Notre guest house, Palace Nyaung Shwe, se situe à un kilomètre de là, nous nous y rendons donc à pied (de toute façon nous ne croiserons aucun taxi ou tuktuk, une première !). Nous y sommes accueillis comme des rois avec un jus de fruit, des chatons, et une super belle chambre dans un bungalow en bamboo. C’est presque le paradis !

Nous nous reposons un peu, puis le soir, partons dîner dans un restaurant juste à côté, Bamboo Delight, qui est excellent (et propose des cours de cuisine). Nous avons le plaisir de voir qu’il fait vraiment bon à Nyaung Shwe (on découvrira plus tard qu’on est à plus de 3000m d’altitude) : la journée, il fait 30/32° maximum, et le soir, cela descend jusqu’à 15°. C’est presque un peu froid, on ressort donc les doudounes !

Le lendemain, nous nous réveillons doucement et passons une matinée plutôt calme. Après un déjeuner dans un restaurant de dim sum (Live Dim Sum, très bon, même si c’est un peu cher si on ne prend que des dumplings), nous partons nous promener au nord du village, à pied. La route n’est pas très agréable, et nous ne trouvons pas de petits chemins pour passer par les rizières par exemple, mais les vues sont très belles. Nous croisons une procession de jeunes filles bonzes, habillées tout en rose, puis nous promenons à côté d’un canal, où les gens pêchent. Et comme nous sommes en Birmanie, nous croisons bien évidemment des pagodes, dont une en train d’être repeinte !

IMG_4179

PC020429

IMG_4194

IMG_4218

IMG_4226

IMG_4238

Autour de la route, s’enchaînent les rizières, les roseaux qui brillent au soleil, les jolis buffles, toujours paisibles, de petits lacs où des bateaux voguent et de petites maisons sur pilotis. Nous marchons quelques kilomètres, avant d’arriver à un monastère, où de jeunes moines sont en train de s’amuser. Nous y faisons un petit tour, nous reposons un peu, puis décidons de faire demi-tour, alors que le soleil est en train de se coucher.

IMG_4233

IMG_4277

PC020464

IMG_4279

IMG_4284

IMG_4288

IMG_4298

IMG_4312

PC020493

IMG_4321

IMG_4336

PC020508

PC020518

Un feu de signalisation birman

En revenant à Nyaung Shwe, nous faisons un arrêt pour boire un petit cocktail en happy hour au One Owl Grill, où ils sont à 1500 kyats chacun (0,90€), et très bons. Le soir, nous retournons au Bamboo Delight.

Le lendemain, nous décidons d’aller sur le lac. Pas besoin de réserver en avance ni d’aller à 10km de là, il suffit juste d’aller à l’embarcadère à l’ouest de la ville, le lac est accessible via des canaux. Des guides/conducteurs de bateau y attendent les clients, à toutes les heures. Nous commençons à discuter avec l’un d’eux. Nous avions vu qu’il y a beaucoup d’activités touristiques sur le lac, et beaucoup de stops « shopping ». Dans les ateliers à visiter, il y a aussi des femmes girafes qui viennent du nord du pays, et qui sont du coup prises en photo à outrance. Nous indiquons donc que nous ne voulons pas faire de shopping, et ne voulons pas voir les femmes girafes, mais que nous sommes intéressés par les temples et monastères, les jardins sur l’eau, les villages flottants et deux ateliers seulement : celui de fabrication de tissu à partir de fibres de lotus, et la fabrication de cigares. Nous négocions la journée à 18000 kyats pour deux, sachant qu’il est déjà 11 heures. Cela semble être le prix correct. Cela revient à 11€, ce qui n’est vraiment pas cher, surtout que nous ne sommes que deux dans le bateau, qui peut contenir bien plus de monde.

Nous descendons les canaux qui nous emmènent jusqu’au lac. Dès que nous apercevons, le batelier (qui est le frère -du moins c’est ce qu’on nous a dit- de celui avec qui nous avons négocié) nous indique les pêcheurs, sur leurs bateaux. Avec leurs immenses nasses en osier, perchés sur la poupe du bateau et ramant avec leur jambe, ces gymnastes sont véritablement le symbole du lac. Toutes les personnes qui se rendent au lac Inle veulent les voir. Malheureusement, les pêcheurs à l’entrée du lac sont des faux. C’est facile à voir, ils ne posent que quand des touristes sont en approche, et ne pêchent pas ! L’objectif étant de pouvoir récolter une petite pièce contre de jolies photos.

On ne souhaite pas participer à ça, et donc on fait signe à notre conducteur que nous ne sommes pas intéressés par les faux pêcheurs, il continue donc sans ralentir. Il semble avoir bien compris ce que nous voulions, c’est plutôt agréable. Il ne ralentit donc que plus tard, quand nous croisons cette fois de véritables pêcheurs. Ceux-ci pêchent majoritairement au filet, mais possèdent la même technique pour pagayer avec une jambe. Ils nous font penser à des danseurs, c’est vraiment magnifique à voir.

IMG_4367

IMG_4379

IMG_4395

IMG_4423

PC030520

Nous repartons après avoir pris quelques photos. Nous nous dirigeons vers les « floating gardens ». Il s’agit de plantations qui poussent à la surface du lac. Elles sont bien alignées, comme dans les champs auxquels nous sommes habitués, sauf qu’entre chacune des lignes, on circule en bateau. Nous verrons principalement des tomates, mais aussi quelques concombres.

IMG_4450

IMG_4451

PC030624

Nous naviguons lentement dans les allées étroites qui séparent les champs, jusqu’à arriver à un village flottant. Et là, c’est encore le coup de coeur ! Ce village est tellement beau, et très authentique. Nous pensions que le lac Inle était envahi par le tourisme, mais il y a finalement bien plus de locaux, ce qui est une bonne chose. Les maisons sont magnifiques, qu’elles soient en bois, en taule ou en bambou. Les jolis volets colorés, les terrasses avec des pots de fleurs… tout est fait avec goût et simplicité. Quel endroit magnifique !

PC030558

IMG_4464

IMG_4477

IMG_4483

IMG_4503

PC030600

PC030641

PC030646

IMG_4485

IMG_4527

Notre guide nous propose ensuite de faire une pause pour le déjeuner, que nous acceptons avec plaisir. Il nous dépose dans un restaurant, où sont installés beaucoup de touristes de toutes nationalités. Les prix restent néanmoins acceptables et nous prenons deux fried rice, qui est toujours le plat le moins cher de la carte. Nous sommes servis très longtemps après, ce qui nous permet de faire une longue pause. Nous retrouvons finalement notre conducteur et repartons, direction la fabrique de cheroots, les cigarettes birmanes roulées dans une feuille.

Ce n’est pas spécialement une spécialité du lac Inle, car on en trouve dans tous le pays, mais nous voulions voir comment sont fabriquées ces petits cigares. Nous arrivons à un petit atelier, où se trouve un seul touriste. Un homme qui a l’air d’être le gérant nous accueille, et nous présente les femmes occupées à rouler les cigarettes avec des gestes très précis. Les cheroots sont souvent mélangés, avec du tabac, mais aussi de l’anis, de la banane ou du jus de fruits. Nous goûtons (enfin surtout Marine), et c’est vraiment bon ! Du coup nous décidons d’en acheter quelques unes pour nous rappeler la Birmanie quand nous reviendrons en France !

IMG_4498

IMG_4492

Nous nous arrêtons ensuite au deuxième atelier, qui est probablement le plus intéressant. Il s’agit d’un atelier de fabrication de tissu à partir de 3 fibres : la soie, le coton et le plus original, le lotus. Nous assistons à la première étape, celle où la fibre est récoltée à partir des tiges de lotus. Elles sont cassées, la fibre est tirée puis roulée pour faire un fil plus résistant. Cela nous rappelle un peu la fabrique de corde à partir des poils de noix de coco, que nous avions vu en Inde. Le fil est ensuite passé dans une machine manuelle pour créer des fils plus résistants, qui servent ensuite dans les métiers à tisser.

IMG_4505

IMG_4512

Le tissu créé à partir de la fibre de lotus est magnifique, surtout dans sa couleur naturelle. Il est un peu épais, pas parfait, très sobre et naturel. Les écharpes nous font vraiment envie, mais c’est le tissu qui coûte le plus cher (3 fois plus cher que de la soie) en raison du temps qu’il faut pour extraire la fibre. Cela prend parfois plusieurs mois pour faire une pièce.

Nous voyons également le tissage des autres tissus, ainsi que la manière dont sont créés les motifs sur les longyis ou les foulards. Dans la salle suivante, on nous montre de quoi sont issus les pigments naturels utilisés (et mélangés avec des teintures artificielles) : le rose vient de la noix de coco, le curcuma donne le orange…

PC030613

Finalement nous faisons un tour dans la boutique, et craquons pour une écharpe en coton pas très chère… C’est aussi pour ça qu’on veut faire des tours sans shopping, on ne sait pas se tenir…

Nous continuons notre tour sur le lac par la visite d’un temple, qui pour le coup est extrêmement touristique. Il est entouré de stands qui vendent des souvenirs, et du coup on ne le voit plus trop. Nous faisons rapidement le tour, puis allons voir le « bateau pagode » qui est amarré jusque à côté. Il est utilisé lors du festival de Phaung Daw Oo, où ces bateaux naviguent entre les villages et vers les monastères.

IMG_4546

IMG_4540

Finalement, nous nous rendons dans un monastère, Nga Phe Kyaung, construit tout en bois. Il est surnommé le « jumping cats monastery », car des moines y entraineraient des chats à sauter dans des anneaux. On s’occupe comme on veut ! Hormis la belle architecture du lieu, il y a effectivement plein de chats, mais ils sont plus occupés à se reposer au soleil qu’à sauter dans des cerceaux. Cela nous va bien comme ça ! Apparemment, ils ne sont plus entraînés depuis que leur entraîneur, un moine à l’origine de cette spécialité un peu incongrue, est décédé. Ils restent néanmoins dans les lieux et leur donnent vraiment du charme, à s’installer à côté des fidèles en train de prier ou de prendre le thé.

IMG_4582

PC030665

PC030654

IMG_4567

Nous repartons finalement et faisons demi-tour pour rentrer à l’embarcadère. C’est le plus beau moment de la journée, où la lumière se fait rasante et de nombreux pêcheurs sont de sortie, et notre guide ralentit quand il faut pour que nous puissions faire de belles photos (ou du moins essayer) ! Nous sommes vraiment super contents de cette journée, qui s’est déroulée parfaitement. Notre guide était adorable et avait bien compris ce que nous voulions (et ne voulions pas) faire. Encore un bon point pour la Birmanie !

IMG_4549

IMG_4550

IMG_4612

IMG_4629

IMG_4656

IMG_4660

PC030718

PC030722

PC030727

PC030732

IMG_4675

Le lendemain, le 4 décembre, c’est une nouvelle activité qui est au programme ! Nous allons faire du poney, pour la deuxième fois du voyage (la première fois c’était au Rajasthan). Vers 14h, un tuk tuk vient nous chercher pour nous emmener au centre équestre, le Inle Horse Club. Nous sommes accueillis par les deux propriétaires, qui nous font un petit tour des lieux. Ils nous demandent ensuite d’essayer les chevaux. Romain monte un gentil cheval gris, vraiment adorable, qui marche tout sagement. Marine commence avec un cheval bai, qui n’a décidément pas envie. Alors que nous devons faire juste un tour au pas, il refuse, et commence à se cabrer. Selon les propriétaires, il aurait peur des travaux faits sur le chemin, qui ont commencé le jour-même… Mais dans tous les cas, cela ne va pas être possible, ou la balade va être un enfer !

Du coup, on change, et on lui propose un petit cheval (de 1m20 à peu près) avec qui cela se passe mieux, même si ce dernier n’est vraiment pas habitué à faire le tour au pas, mais au grand trot ou au galop… Du coup, après même pas 15 minutes de poney, Marine a des ampoules !

IMG_20171204_170441

PC040744

Nous partons avec notre guide, qui prend le premier cheval monté par Marine. Il a décidé de le faire filer droit… Le poney de Romain suit sagement, un peu à distance, sans jamais trop se stresser ! Un vrai amour. Les deux devants, plus agités, trottent à toute vitesse ! C’est un peu n’importe quoi mais c’est rigolo !

Nous marchons dans les hauteurs du lac Inle, dans la campagne et entre les villages. C’est très beau, mais nous ne pourrons pas trop prendre de photos car c’est un peu trop rythmé pour l’instant ! Arrivés à une plaine, c’est le moment de galoper un peu. Les deux chevaux bais partent comme des balles, et le petit gris suit gentiment. Romain galope un peu, comme si il avait fait ça toute sa vie !

IMG_20171204_153757

IMG_20171204_154323

IMG_20171204_154745

IMG_20171204_155408

Nous repartons plus tranquillement, et tant mieux car nous n’avions pas trop le temps d’admirer le paysage ! Nous sommes par contre assez surpris car notre guide reprend le chemin vers le club, alors que nous ne sommes partis que depuis une heure (sur les deux heures prévues à la base). Du coup nous demandons pourquoi aux propriétaires en arrivant, et ils nous proposent de refaire un tour pour aller voir le lac au coucher de soleil. Nous repartons donc quasiment aussitôt ! Avec un autre guide, un peu plus calme cette fois. Nous profitons de la vue avec la belle lumière sur les vignobles (le vin est une des spécialités de la région !). Nous avons bien fait de réclamer pour repartir !

IMG_20171204_163341

IMG_20171204_165115_01

IMG_20171204_165118

IMG_20171204_165735

Nous rentrons finalement (un peu vite pour Marine car le guide a cru qu’elle voulait galoper alors que le poney trottinait juste tout seul), et profitons des dernières lumières du jour sur la terrasse, avec une vue magnifique. Ce club est vraiment génial, très bien placé !

IMG_4695

IMG_4684

IMG_4681

Nous sommes complètement morts, et on a vraiment mal partout (dos, jambes, doigts…), mais c’était génial ! Le soir, nous dînons une dernière fois dans notre restaurant préféré. C’est déjà notre dernier jour au Lac Inle…

IMG_20171204_194314

Curry de citrouille, salade d’avocat aux graines de sésame et soupe de lentille aux oignons grillés !

Demain, nous retournons à Yangon pour deux nuits, puis direction Mawlamyine, à l’est du pays.

 

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Chrisetdom 9 décembre 2017 at 19 h 07 min

    Y’a vraiment du lourd en Birmanie!! On ne cessera de le dire très belles photos!!

    • Reply Marine Lascault 9 décembre 2017 at 19 h 24 min

      Merci on ne s’en lasse pas 😉
      Oui merveilleux ce pays très belle découverte !

  • Reply Mum 10 décembre 2017 at 19 h 43 min

    Les photos sont vraiment trop belles… Bravo aux photographes…. et quelle sensation de calme, de plénitude…

    • Reply Marine Lascault 10 décembre 2017 at 19 h 47 min

      Merci 😊😊

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Common phrases by theidioms.com