Cambodge Kratie

Jours 266 à 269 : Kratie, autour du Mékong cambodgien

28 octobre 2017

Mercredi 25 octobre, nous nous réveillons tôt car nous devons quitter l’île (et le Laos, car c’est le dernier jour de notre visa) aux alentours de 8 heures. Un bateau vient directement nous chercher, et nous partons direction Nakasang, où se trouve la station de bus. Nous allons, avec pas mal d’autres touristes, direction le Cambodge. Une fois à la gare, nous attendons un petit moment car le bus vient de Paksé et n’est prévu qu’à 10 heures. Il arrivera finalement vers 10h30. Les touristes allant à Phnom Penh, Siem Reap (les temples d’Angkor) ou Kratie (notre destination) sont mélangés dans le bus. Ceux allant à Siem Reap changeront de bus en route, pendant que le premier continuera sur la route de Phnom Penh, en faisant un stop à Kratie.

Mais avant tout cela, la première étape est de passer la frontière, et donc de faire les visas pour le Cambodge. Et cette étape n’est pas franchement anodine, car cette frontière est connue par les voyageurs comme l’une des plus corrompues d’Asie du sud-est. D’ailleurs, nous sommes briefés dès le début par un membre de l’équipe du bus. Il nous indique que leur objectif est d’aller le plus vite possible et d’être le plus efficace. Il nous donne les prix du visa, ainsi que des différents « frais » supplémentaires complètement officieux : 35$ pour le visa (apparemment ce serait le prix « officiel » depuis le 1er juillet 2017. Il était auparavant de 30$ mais il était en fait toujours demandé 35$ pour les touristes, bakchich oblige), 2$ pour le tampon de sortie du Laos, et encore 2$ pour le tampon d’entrée au Cambodge. Ce qui fait un total de 39$ par personne. Pour « gagner du temps », le personnel du bus nous propose de prendre nos passeports de faire directement toutes les formalités à la frontière, pendant que nous attendons au restaurant, pour 40$ par personne (tout compris). C’est là que le bus s’agite un peu : entre ceux qui ne veulent pas donner leur passeport (ce qui s’entend), ceux qui ne veulent pas payer les 4$ supplémentaires… Honnêtement, c’est possible de passer la frontière sans contribuer à cette corruption, nous avons lu pas mal d’articles de bloggueurs qui l’ont fait. Mais il faut s’armer de beaucoup de patience, de calme et plutôt venir au poste de frontière par ses propres moyens, car le bus n’attendra pas des siècles que vous ayez terminé. Si vous ne voulez juste pas confier votre passeport, le faire soi-même est possible et très simple si vous payez les rallonges demandées. Nous, on décide que 1$ d’économie, cela ne vaut pas le coup, en plus c’est plutôt pas cher payé car l’employé du bus s’occupe de tout, même de remplir les papiers. Du coup on lui donne l’argent et nos passeports, en s’assurant bien que l’on n’aura rien à payer de plus.

Arrivés au poste de frontière, ceux qui préfèrent passer par eux-même descendent. Nous on reste et on passe tranquillement. Au moment de la « quarantaine », un homme monte (on flippe un peu d’être obligés de faire la visite médicale bidon, payante bien sûr, mais il n’en est rien), il nous distribue juste un papier avec un numéro de téléphone à appeler si jamais on tombe malade.

Finalement, on entre au Cambodge tranquillement, sans passeport ! C’est quand même assez fou de pouvoir passer une frontière comme ça, voire limite dangereux car on pourrait passer avec le passeport de n’importe qui… Mais bon. On s’assoit au restaurant avec un couple de Suisses très gentils et on mange un petit fried rice (vraiment tout petit) pour 2$ par personne. Heureusement c’est bon ! Ah oui, on parlera pas mal en dollars, car si le riel est la monnaie officielle du Cambodge, le dollar est très utilisé. On paye en dollar, on nous rend la monnaie en riel… Prévoir son convertisseur, c’est plus simple, au cas où on tenterait de vous la faire à l’envers !

Finalement, tout le monde arrive au bus, et nous remontons. On voit un homme à moto arriver avec une poignée de passeport, il monte dans le bus et nous les distribue en faisant l’appel comme à l’école ! Du coup cette frontière aura été plutôt simple et pas trop stressante…

Une fois au Cambodge, il doit nous rester 200 kilomètres à parcourir, soit trois heures (il est presque 13h). Bon, ça ne se passera pas comme ça ! Nous multiplions les pauses, dont une plus longue pour réparer les freins du bus, qui ne marchent plus selon le chauffeur (!!). Nous nous arrêtons aussi à un ATM pour qu’un Français qui n’avais pas prévu assez d’argent pour passer la frontière puisse rembourser les gens du bus. En repartant, le bus se prend dans des cables TV qui traversent la rue et qui pendent un peu trop bas. Du coup, le chauffeur d’un petit camion qui passe par là monte sur son véhicule, puis sur le toit du bus et désemmele tout ça… Pas de chance quand même, un des cache-ventilations du toit est tombé. Il est récupéré, et l’équipe du bus tente de réparer ça tant bien que mal mais en vain. Du coup nous repartons sans, et nous qui pensions que cette grande pièce de plastique ne servait à rien, on se détrompe. Car les routes du Cambodge sont ne sont pas toutes bétonnées, et la poussière rentre maintenant dans le bus… Un plaisir ! Il est finalement 18h et nous ne sommes plus qu’à 7 kilomètres de Kratie, quand le bus décide de faire la pause dîner, car ceux qui descendent à Phnom Penh en ont encore pour un petit moment… Nous sommes vraiment dégoûtés, nous étions si prêts du but… Heureusement il ne reste arrêté qu’une vingtaine de minutes au lieu des quarante prévues, et nous arrivons vite vers 19h, soulagés de ne pas continuer après ces 11h en tout de voyage (ceux qui vont à Phnom Penh en ont encore pour minimum 4h) .

Nous marchons jusqu’à notre guest house, Balcony Guest House, qui est un très bon plan à Kratie ! Les chambres sont à 5€ la nuit, et sont très agréables. Nous y dînons puis partons nous coucher, complètement crevés.

Le lendemain, la journée sera tranquille. Nous partons faire un tour après le petit déjeuner car il faut que nous retirions de l’argent (des dollars donc) et que nous achetions du gel douche. Kratie est une petite ville, avec peu de touristes, qui s’étend au bord du Mékong. Le centre-ville n’a pas beaucoup de charme, c’est une ville avec des constructions plutôt modernes. Néanmoins, nous apprécions déjà la gentillesse des Cambodgiens qui sont très souriants. Nous effectuons nos deux petites missions (en « appréciant » les frais de retrait de la machine hyper importants, 4$ par transaction), et rentrons à la guest house. Le midi, nous déjeunons dans un restaurant à proximité, un boui-boui avec beaucoup de monde mais nous sommes un peu déçus. Les plats n’ont pas trop de goût et la viande est un peu dure. On retentera la nourriture khmère une autre fois.

L’après-midi, nous décidons de nous reposer, puis de profiter du beau coucher de soleil sur le Mékong.

IMG_20171026_173747_01

Le lendemain, c’est décidé, on se bouge un peu ! Après le petit déjeuner, nous partons direction l’embarcadère de la ville qui mène à Koh Trong, une petite île juste en face de Kratie. Nous attendons le bateau une petite demi-heure sous le grand soleil. Il arrive finalement. Nous sommes 4 occidentaux seulement, les autres passagers sont des locaux qui transportent leurs marchandises vers l’île. Le bateau est vraiment pas cher (1000 riels par personne, soit 20 centimes à peine, 500 riels pour les vélos, et 1000 riels pour les motos). À peine descendus du bateau, on peut choisir son mode de transport pour visiter l’île : vélo (2$), moto (5$), calèche tirée par des boeufs (15$) ou par un cheval (10$)… Nous optons pour les vélos, c’est le moins cher et le plus écolo ! Il est également possible de dormir sur l’île, pour la modique somme de 3$, auxquels il faut ajouter 4$ pour les repas. On a vu les homestays, et ils ont l’air vraiment sympas !

IMG_20171027_144304

IMG_20171027_143415_01

IMG_20171027_133818

IMG_20171027_113202

Nous partons donc faire notre petit tour de l’île, qui est vraiment très mignonne. Elle vit simplement, grâce à la culture du riz, des bananes et des pamplemousses, qui poussent par centaines. On croise de nombreuses vaches, des chevaux… Au sud-est de l’île, nous garons nos vélos pour observer un petit village flottant. Trois hommes montrent à Romain un truc par terre… un beau serpent ! On aurait dit qu’ils lisaient dans son esprit ! Évidemment, il est ravi et regagne vite son vélo. Bon, le serpent est mort (enfin pas complètement mais un des hommes s’occupe de l’achever), mais comme ça on ne pouvait pas savoir ! C’est donc notre premier serpent cambodgien…

IMG_9106

IMG_9104

IMG_9100

IMG_20171027_114327

IMG_9108

IMG_9111

IMG_9114

IMG_9115

IMG_9118

IMG_9125

IMG_9131

IMG_9146

IMG_9149

IMG_9153

Nous remontons vers le nord, en prenant un petit chemin pas trop entretenu. Il nous amène devant le Mékong, à côté d’un champ qu’on homme est en train de labourer avec un engin tiré par deux boeufs. Assez impressionnant à voir car il surfe quasiment dessus ! Nous faisons demi-tour car nous ne pouvons pas continuer par-là, et passons par un immense champ où se trouvent des centaines de vaches. Très joli endroit !

Finalement, la route se termine avec un joli temple, et nous reprenons le chemin qui nous ramène à l’embarcadère. Nous rendons nos vélos, et commençons à attendre le bateau. Il met pas mal de temps à arriver, mais nous ne sommes pas les seuls à l’attendre. Il y a aussi pas mal de Cambodgiens très patients, du coup on décide de suivre leur exemple. Un jeune bonze (de 25 ans) qui sort du temple juste derrière commence à discuter avec nous. Il est très gentil, et à côté de ses études, il apprend l’anglais. Il rêverait de partir à Singapour étudier. C’est vraiment très agréable d’avoir une conversation aussi facile avec lui, il est curieux de connaître notre vie en France et partage la sienne très simplement.

IMG_9136

IMG_9141

IMG_9147

IMG_9158

IMG_9160

IMG_9162

Nous commençons à avoir un peu faim et décidons de tester une spécialité qu’une dame est en train de faire au bord du chemin. Elle a un barbecue sur lequel elle fait cuire des bananes et des feuilles de bananier garnies. On en demande deux, cela coûte 1000 riels chacun, soit vraiment rien. Elle nous tend deux feuilles de bambous, qui tiennent grâce à quelques cure-dents. On est proche du zéro déchet ! Dedans se trouve une sorte de petite saucisse, faite de riz gluant tout collé au lait de coco. À l’intérieur se trouve une banane cuite. Le riz est un peu caramélisé par moment, et c’est vraiment délicieux. C’est assez bourratif, du coup ce sera notre repas de midi !

IMG_20171027_141409

Finalement le bateau arrive et nous rentrons à la guest house après un petit tour par le marché local, qui est sympa mais assez classique. Après une bonne douche, nous regardons de nouveau le coucher de soleil, puis partons dîner au Tonlé, un restaurant/guest house tenu par une ONG. Celle-ci s’occupe de former de jeunes Cambodgiens aux métiers de la restauration et de l’hôtellerie. Une super initiative, et en plus de cela c’est très bon, et pas bien cher !

Samedi 28 octobre, c’est notre dernier jour à Kratie. Nous avons décidé de louer un scooter à la guest house (pour 7$) pour aller visiter les alentours, au nord de la ville. Nous mettons un petit litre d’essence (cela suffira amplement car nous n’allons faire qu’une quarantaine de kilomètres au total) pour 0,80$, et c’est parti ! La campagne se fait vite très mignonne, et nous parcourons des villages authentiques et accueillants. Cette journée nous confirmera la gentillesse absolue des Cambodgiens, qui ne sont avares ni de sourires ni de bonjours. C’est vraiment super agréable !

Nous nous arrêtons d’abord pour visiter un temple, Phnom Sambok, à 9 kilomètres de Kratie. Il est un peu en hauteur, et il faut monter une centaine de marches pour accéder au premier niveau. L’escalier est entouré de statues de bonzes, c’est très joli (quoiqu’un peu flippant…).

IMG_9169

IMG_9177

Au premier niveau se trouve un grand temple ainsi que pas mal d’habitations, probablement pour les bonzes. Une petite famille se trouve aussi là, et parmi eux un vieux monsieur adorable, qui parle bien le français. Il nous montre du doigt les singes qui jouent dans les arbres, puis ramasse un petit fruit : c’est ce que les singes mangent. Il veut absolument que nous lui disions le nom du fruit en français mais malheureusement nous en sommes bien incapables : on ne sait pas du tout ce que c’est ! Cela ressemble à un gros haricot, mais marron, et à l’intérieur se trouve de la chair un peu comparable à celle d’une châtaigne… Complètement inconnu pour nous…

IMG_9192

IMG_9185

IMG_9200

IMG_9206

IMG_9207

IMG_9212

IMG_9255

Nous montons une nouvelle fois quelques dizaines de marches pour arriver au deuxième niveau. On peut faire le tour de cet étage qui comprend quelques jolies statues de Bouddha, et profiter un peu de la vue, même si elle n’est pas trop dégagée. On se rend compte que le Cambodge est assez plat, et un peu marécageux même dans ce coin ! Le dernier étage est celui de la pagode principale, qui est très jolie également. Fait assez bizarre (et inutile) : le sol est jonché d’asticots morts. C’est très bizarre, nous n’avons pas compris pourquoi. Bon c’est un détail bien sûr !

IMG_9217

IMG_9221

IMG_9223

IMG_9225

IMG_9227

IMG_9235

IMG_9240

IMG_9243

IMG_9248

Nous redescendons jusqu’en bas, et reprenons notre scooter après avoir dit environ 1000 fois au revoir à une petite famille très mignonne. Nous décidons de continuer vers le nord.

Nous nous arrêtons à un autre joli temple, puis plus tard à un point de vue sur le Mékong. Les paysages ne sont pas aussi fantastiques que dans d’autres pays, mais on aime beaucoup quand même. Les gens chaleureux, les jolis villages traditionnels et l’ambiance très décontractée font que l’on s’y sent bien, et nous avons donc un premier ressenti très positif du Cambodge !

IMG_9261

IMG_9273

IMG_9283

Au retour, nous nous arrêtons dans un autre très beau temple (វត្តបញ្ចសីលាថ្មគ្រែ si vous voulez le trouvez sur Google), à quelques kilomètres de Kratie. Il comprend aussi une école bouddhique. La cour est entièrement décorée de guirlandes et de drapeaux, et c’est vraiment très joli !

IMG_9287

IMG_9289

IMG_9295

IMG_9298

IMG_9309

IMG_9311

IMG_9313

Nous rentrons finalement à la guest house pour nous reposer un peu.

Demain, départ pour Phnom Penh, la capitale !

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Chrisetdom 28 octobre 2017 at 23 h 02 min

    Beau début de ressenti du Cambodge…avec en prime un bel accueil!! Le Cambodge ne serait il pas comme la Thaïlande, l’autre pays du sourire!!

  • Reply Mum 29 octobre 2017 at 18 h 29 min

    Des paysages très frais, de jolies couleurs, une belle lumière, cela semble bien sympathique !

  • Reply francoise da cruz collard 2 novembre 2017 at 23 h 12 min

    tout est magnifique !! comme toujours … continuez de nous faire rêver ! les gros haricots pour les singes sont peut être de la « caroube » on en trouve dans l’alimentation des rongeurs mais aussi pour nous c’est très bon (goût chocolat) et sucré ! mais peut être pas … grosses bises à vous

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Common phrases by theidioms.com