Laos Nord-Ouest

Jours 241 à 244 : Aventures à Vang Vieng

3 octobre 2017

Samedi 30 septembre, départ de Vientiane, direction Vang Vieng, à quelques heures au nord. Nous avons réservé le bus directement à la guest house et comme souvent en Asie du Sud-Est, celui-ci vient nous chercher directement. Nous partons un peu après 9 heures, une fois le minibus complètement plein (strapontins y compris, mieux vaut être dans les premiers à être récupérés…).

Le trajet dure 4 heures pour effectuer les 150 kilomètres qui nous séparent de Vang Vieng. La route se passe bien même si l’on en vient un peu à regretter les grandes autoroutes toutes droites de Corée : ça tourne !! Heureusement, personne n’est malade, et nous arrivons à Vang Vieng soulagés aux alentours de 13h.

Vang Vieng est une destination touristique assez spéciale… Petite explication (on va tenter de faire rapide) : la (très petite) ville est construite autour d’une rivière, la Nam Song, et au milieu de magnifiques pics karstiques, ce qui fait son principal attrait. À la fin des années 2000, Vang Vieng est devenue très populaire pour le tubing, activité de descente de la rivière les fesses dans une bouée. Bon, si ce n’était que cela, cela irait à peu près. La descente était aussi ponctuée d’arrêts dans les bars qui longent la rivière, et qui servent des boissons et toutes sortes de drogues aux touristes. Tout de suite c’est un peu plus glauque… À l’instar de certaines destinations thaïlandaises, Vang Vieng s’est fait un peu prendre à son propre jeu et est devenue un rendez-vous incontournables pour « backpackers » souhaitant faire la fête à petit budget, et surtout sans limite. En 2012, à la suite d’accidents (et de décès) impliquant de jeunes Australiens, le gouvernement Lao, poussé par l’Australie notamment, a décidé de réagir, et a fait fermer la quasi totalité des bars du rivage. Les habitants ont alors pu retrouver une vie un peu plus normale. Bon, Vang Vieng reste tout de même une destination populaire pour faire la fête (mais plus gentiment), et si les drogues dures ont disparues, on peut toujours en trouver ici (mais la police rôde, souvent « en partenariat » avec les bars, et met des amendes qui risquent de raccourcir votre voyage… un peu dommage). Les touristes se baladent toujours torse-nu en rentrant du tubing, mais malheureusement ça ne risque pas de changer. Alors oui, raconté comme ça, cela ne donne pas vraiment envie d’y aller, mais comme on le disait au début, l’attrait de Vang Vieng vient surtout de sa beauté naturelle et des activités que l’on peut y faire (randonnée, kayak, exploration de grottes…). Et c’est cela qui nous a convaincu d’y venir quelques jours !

En descendant du bus, quelques tuk-tuks viennent nous accueillir et nous proposer leurs services. Au début nous se savons pas trop où se situe notre guest house, Maylin GH, et nous commençons à négocier avec le chauffeur qui nous propose 20 000 kip par personne pour aller jusqu’au pont (la guest house se situe de l’autre côté). On lui demande à quelle distance celui-ci se trouve mais il ne répond pas, et baisse ensuite son prix quasiment tout seul. Finalement nous parvenons à nous connecter à notre 4G, et voyons que la guest house se trouve à 10 minutes à pied, et que le pont n’est qu’à 200 mètres d’ici. Non merci, nous irons à pied !

Le pont est une sorte de barrage, et le traverser est payant (même pour les locaux, ce que l’on trouve étrange) : 4000 aller-retour pour les piétons (soit 0,40€), 6000 pour les vélos et 8000 pour les scooters. Au début on se dit que cela va être embêtant de payer tous les jours, mais en fait il y a bien assez de choses à faire de ce côté de la rivière pour ne pas avoir à la traverser (en fait, quasiment toutes les activités « naturelles » du coin sont d’ailleurs de ce côté).

Nous arrivons à Maylin Guest House qui est une immense guest house, aménagée dans un grand jardin. Il y a de nombreuses possibilités d’hébergements (bungalow, chambre en dur…) pour de très bons prix. Nous payons l’immense chambre double avec salle de bain et climatisation 11€ la nuit. Bon, pour l’instant, le monsieur qui nous accueille nous informe qu’il n’y a pas d’électricité (et pas d’eau), et qu’elle devrait revenir vers 16h. Il fait un peu chaud sans ventilo ou clim, mais cela ira. En attendant nous allons manger au restaurant de la guest house, qui est très bon. L’après-midi, nous nous reposons et jouons avec les chats de la du jardin (il y en a trois petits vraiment trop mignons !).

IMG_20170930_175242

IMG_20171003_111014

IMG_20171001_092751

Après 16 heures, l’électricité n’est toujours pas là, et elle ne reviendra finalement que vers 18h. Nous sommes soulagés de pouvoir nous rafraîchir ! Nous profitons aussi d’un beau coucher de soleil directement de la guest house, sur les montagnes alentours et sur les montgolfières qui s’envolent ! Pas mal…

IMG_7151

IMG_7154

IMG_6997

Le lendemain, nous nous levons vers 8h30, prenons un bon petit déjeuner, et décidons de partir à pied visiter le coin, jusqu’au Blue Lagoon, une grotte avec une piscine naturelle (bleue, comme son nom l’indique), mais aussi un repère de touristes Coréens important. Bon en fait, nous nous sommes beaucoup surestimés en partant comme ça à pied, car il se situe à quasiment 5 kilomètres, et qu’il fait chaud au Laos. Donc, on vous le dit tout de suite, nous n’irons pas jusqu’au Blue Lagoon (et vu le cirque que c’est apparemment, ce n’est pas plus mal). Nous longeons une longue route entourée de rizières et des magnifiques falaises qui ne sont pas sans nous rappeler Tam Coc (même si ce sont moins des pains de sucre).

PA017576

IMG_7026

IMG_7020

IMG_7030

IMG_7031

IMG_7038

IMG_7033

IMG_7042

Nous sommes doublés par des dizaines de scooters, et encore plus de buggys (remplis de Coréens) qui vont au Blue Lagoon. Au bout de deux bons kilomètres, nous commençons sérieusement à fatiguer car si le paysage est beau, la route est vraiment très très longue et pas très agréable. Nous apercevons un panneau qui indique une grotte à 400 mètres, NamBorkeo et Phabua Cave, sous laquelle se trouve une petite piscine naturelle. À défaut d’aller au Blue Lagoon, nous décidons d’aller ici !

Nous marchons 400 mètres et arrivons devant un petit stand de tickets (10 000 kip par personne soit 1€, c’est le prix pour quasiment toutes les grottes du coin à notre connaissance), mais la jeune fille qui le garde est en train de dormir profondément. Nous n’avons pas le coeur de la réveiller, donc nous décidons de passer, et de payer à la sortie. Nous traversons un peu hésitants une petite ferme remplie de chiens, de canards et de poulets, pendant que ses propriétaires sont en train de travailler dans les champs.

PA017626

IMG_7102

IMG_7040

PA017621

IMG_7046

IMG_7049

Nous les longeons un petit moment, puis traversons un petit pont en bambou, et arrivons finalement au pied de la falaise. C’est assez poétique ici, il y a pleins de fleurs oranges sur lesquelles se posent de magnifiques papillons, pas peureux pour un sou. Nous croisons une famille d’Allemands (peut-être) qui revient de la grotte. Ils sont ravis et nous disent que c’est vraiment super. Ils nous demandent si nous avons des lampes-torches (elles sont normalement incluses avec l’entrée) mais comme nous n’avons pas encore payé, nous n’en avons pas… Très sympas, ils nous en passent deux et nous promettent d’expliquer à la jeune fille que nous lui rendrons en revenant et que nous payerons le ticket en même temps.

PA017620

PA017590

IMG_7051

IMG_7070

PA017613

Nous arrivons à la petite piscine naturelle, très mignonne, et dans laquelle on peut se baigner. Mais on se dit qu’avant tout, nous allons d’abord visiter la grotte. Après réflexion, c’était une bonne idée ! Pour entrer dans la grotte, il faut marcher sur quelques pierres très glissantes, et puis monter une petite échelle en bois qui fait un peu peur. Le noir se fait total à peine les pieds posés dans la grotte, et la lampe frontale est vraiment indispensable ! Nous nous attendions à une petite grotte, voire un trou, mais on se rend vite compte en avançant qu’elle est très longue, et à chaque fois que l’on croit que c’est la fin, on découvre en fait un petit passage. Nous continuons quelques minutes, observons de la roche pailletée (qui brille) et quelques stalactites, et finalement devant un chemin qui devient un peu trop exigu à notre goût, on décide de faire demi-tour ! Nous terminons la visite par une petite baignade dans la piscine naturelle rien qu’à nous, pratique aussi pour se nettoyer un peu les jambes pleines de terre après l’exploration de la grotte. L’eau est un peu froide (comme le panneau l’indique) mais cela fait du bien !

IMG_7078

PA017615

IMG_7079

Nous revenons finalement sur nos pas, repassons par la petite ferme où la jeune fille est réveillée, et qui récupère ses lampes et les 20 000 kip. Nous repartons vers la guest house et passons devant un nouveau panneau indiquant une autre grotte, Khan Kham. Échaudés par notre première visite, on décide d’y aller. Même scénario, nous arrivons devant un petit stand à tickets, payons les 20 000 kips et commençons à marcher. Sauf que cette fois le petit garçon qui était au stand nous accompagne. Nous avions lu que les visites de grottes se faisaient souvent avec un enfant guide improvisé (qui vient chercher un pourboire bien sûr). Nous n’avons pas le coeur de lui dire qu’on a pas besoin de guide (surtout que l’on en sait rien), et décidons de le suivre. Il ne parle que quelques mots d’anglais (et nous encore moins de Lao), donc la conversation tourne court. Le chemin qui se rend à la grotte est très joli mais assez long, et ce n’est pas toujours un chemin… Il est parcouru par une petite rivière, qu’il faut très régulièrement traverser.

PA017630

PA017634

IMG_7105

IMG_7107

IMG_7109

IMG_7117

PA017632

IMG_7124

IMG_7132

IMG_7137

Au début, on gère, on arrive à sauter sur de petits cailloux pour ne pas se mouiller les pieds. Puis vient une traversée un peu plus compliquée sans petits cailloux, on décide donc d’enlever nos chaussures. Et de les remettre. Cela prend vraiment trop longtemps, donc finalement on ne s’embête plus, on traverse avec les chaussures… Après une vingtaine de minutes de marche, nous arrivons à la grotte. Même pas peur, elle est cette fois assez grande, donc on marche assez confiants.

IMG_7144

IMG_7147

Nous traversons une salle où se trouve une statue de Bouddha (impossible à prendre en photo, ici aussi c’est le noir complet !). Nous rejoignons un autre couple de Français accompagné de deux petites filles. Elles leur montrent une petit salle qui à laquelle on accède en rampant dans un tunnel. Non merci, sans nous ! Nous les envoyons en éclaireurs, et apparemment il n’y a pas grand chose à voir. Tant mieux ! Après avoir repéré quelques bestioles (araignées, chauve-souris et petits criquets), nous faisons demi-tour, et repartons par un autre chemin. Le petit garçon nous mime « ramper » pour sortir. Ok… On marche un peu, c’est un peu plus difficile mais ça va. Nous arrivons à une intersection, à laquelle il va tout droit malgré une flèche qui pointe à gauche. On flippe un peu, mais il fait demi-tour et nous suivons bien la flèche. Et au bout du chemin, nous arrivons devant un petit tunnel, de plus en plus bas. Nous lui demandons si c’est long, et très franchement, il répond « yes ». Nous lui demandons si nous pouvons plutôt sortir par l’entrée, vous l’avez compris, les petits tunnels c’est pas trop notre truc. Du coup, nous faisons demi-tour, et croisons les Français qui semblent bien plus courageux que nous. Nous revenons à l’intersection. On veut aller à droite (par où il nous semble être arrivés), mais le petit garçon dit tout droit. Mais c’est un cul de sac. Nous sommes quasiment surs que c’est tout à droite, mais il ne veut pas y aller, et on se dit qu’il doit connaître… C’est bête mais dans le noir on perd vite ses repères, et au bout d’un moment nous commençons à paniquer un peu… Finalement, il nous suit et nous retrouvons le chemin. Nous ressortons bien soulagés, et on se dit que les grottes, ça ira pour aujourd’hui ! Nous commençons à repartir, et c’est à ce moment qu’il nous demande son pourboire. On s’y attendait évidemment. Malheureusement avec toutes ces entrées de grottes nous n’avons plus de petites coupures. Nous lui donnons un dollar mais lui veut 15 000 kips (1,5€) et forcément il connait le cours des devises. Il demande donc deux dollars. Mais c’est non, déjà qu’on ne voulait pas forcément de guide, en plus nous n’aimons pas trop donner à des enfants (nous n’avons pas réussi à savoir si ils sont envoyés ici au lieu d’aller à l’école, comme nous l’avions souvent vu en Inde par exemple). C’est un peu triste mais c’est comme ça malheureusement…

Nous faisons demi-tour, il nous suit un peu de loin et puis s’en retourne. Pas grave, de toute façon c’est tout droit. Marine a tout de même le droit à une belle chute dans l’eau, rien de grave, même si c’est un peu la honte après ! Heureusement que le petit garçon n’était pas là… Nous retournons à pied à la guest house sous un soleil infernal. Nous prenons une bonne douche, puis déjeunons, et décidons de rester nous reposer pour le reste de la journée.

Le lendemain, réveil assez matinal, nous nous préparons et partons direction Phone Ngeun, pour aller gravir une montagne (rien que ça) ! Cette fois, pas question d’y aller à pied, même si ce n’est pas très loin (1 gros kilomètre), nous louons des vélos ! Cela nous évitera de faire le retour à pied tout courbaturés après l’ascension. Nous longeons la même route que la veille, passons devant notre deuxième grotte (Khan Kham) et prenons à droite juste après (à droite d’un gros loueur de buggys), où un panneau indique la route vers le point de vue (impossible de retrouver le nom de cette montagne, même le propriétaire de notre guest house ne sait plus…). Nous suivons un petit chemin, payons l’entrée (10 000 chacun) puis garons nos vélos. Nous avions lu que la montée se faisait en 30-40 minutes. Facile ! Enfin c’est ce que l’on croit… (en fait ce n’est pas la même montagne que sur les articles que nous avons lu, qui se trouvait 300m plus loin, mais ça on ne le sait pas encore). Pour ne pas vraiment arranger les choses, il a plu toute la nuit, du coup le chemin est bien détrempé, et il glisse… beaucoup ! Nous partons donc doucement, en multipliant les petites pauses. Au bout d’une bonne vingtaine de minutes, alors que l’on trouve que nous avons déjà pas mal monté, nous croisons deux Coréens qui redescendent, et qui nous demandent comme on va. Nous on est confiants on dit « très bien ! », mais ils ont l’air épuisés ! On leur demande s’il y en a encore pour longtemps, et ils nous disent (très franchement encore, comme le petit garçon de la veille) « yes ! ». Bon, on continue tout de même, en se disant qu’ils exagèrent sûrement un peu ! Le chemin est au début assez simple, en terre mais aménagé avec des briques qui font office de marches, et parfois même une rampe construite en bois sur les côtés. Mais à certains moments, il n’y a plus de marches, donc nous marchons dans un mélange de terre et de boue un peu glissant, ou parfois encore ce sont de grosses pierres qui font office de chemin. Et c’est sûrement le pire, car les pierres sont extrêmement glissantes, il n’y a pas toujours de rampe, et elles sont très coupantes donc il faut faire attention quand on s’y tient. Au bout d’une heure (voire une heure et demi), on commence à se dire que les Coréens n’avaient pas tant exagéré que ça… Nous arrivons à une « intersection », qui d’un côté indique « Cold drinks ». C’est plutôt bon signe ! Du coup, on pense qu’on est bientôt arrivés, on suit la flèche qui va vers la buvette, nous passons devant, et cela continue de grimper. Le chemin se fait même plus difficile (surtout que nous aurions dû prendre l’autre chemin, celui qui va vers la buvette s’avère être plus long). À un moment, on se demande même où il est passé, car nous marchons sur un tas de pierres de type « éboulis ». Sympa !

IMG_7164

IMG_7233

IMG_7240

Ce qui nous inquiète le plus, c’est probablement le retour. Car s’il y a bien quelque chose que nous avons appris, c’est que si la montée est difficile, la descente le sera aussi ! Nous marchons encore une grosse demi-heure pour arriver enfin au sommet. Heureusement, la vue vaut le coup ! Nous sommes sur une des plus hautes montagnes du coin, et on voit bien tous les alentours, notre guest house, le village… et surtout les belles falaises dans lesquelles les nuages viennent s’emprisonner. On voit aussi, un peu (beaucoup !) plus bas, une autre montagne avec un point de vue : probablement celle qui se monte en trente minutes. Ceci explique cela ! Nous restons une vingtaine de minutes à nous reposer, et à tenter de sécher car nous sommes complètement trempés (il fait très humide aujourd’hui après les averses de la veille).

IMG_7173

IMG_7192

IMG_7198

IMG_7199

IMG_7202

IMG_7204

IMG_7207

Nous repartons finalement, avec pour objectif « ne pas tomber » !! Finalement, la descente sera plus facile que prévue, et nous croiserons en route quelques personnes en pleine ascension un peu inquiets eux-aussi. On ne les rassure pas trop mais au moins on les prépare ! Nous mettrons quand même 1h30 à descendre, en prenant toutes nos précautions. Nous redescendons par le chemin qui ne passe pas par la buvette, et on profite comme ça d’un autre point de vue, plus bas mais très beau aussi. On ne vous raconte pas à quel point nous sommes heureux d’être en bas, et surtout de pouvoir revenir à la guest house à vélo !

IMG_7241

IMG_7245

IMG_7246

IMG_7247

Nous prenons une bonne douche (nous sommes encore une fois pleins de terre), déjeunons et nous reposons le reste de la journée. Nous avons déjà des courbatures ! On apprendra plus tard que la montagne que nous avons monté est ouverte depuis peu, et qu’effectivement elle ne se monte pas en 30 minutes. Si cela tente quelqu’un, depuis Maylin Guest House, il faut prendre à droite, suivre la route un bon kilomètre et prendre à droite juste avant le loueur de buggys. Prévoir des lampes torches si vous voulez le faire pour le coucher de soleil, car la descente risque d’être tendue !

Le lendemain, nous sommes courbaturés comme prévu, et décidons de faire doucement pour notre dernier jour à Vang Vieng. Nous partons de l’autre côté la rivière, voir ce qu’il s’y passe (en plus il faut que nous retirions de l’argent, et les ATM sont de l’autre côté). Nous retraversons le petit pont, et arrivons dans la ville, qui n’a honnêtement pas vraiment d’intérêt. Elle permet cependant d’avoir un beau point de vue sur les montagnes avec en premier plan la rivière. Nous trouvons un coiffeur (enfin !) pour Romain, super pour 5€, barbe incluse ! Ce côté nous plait quand même bien moins, il y a beaucoup plus de touristes (mais moins de buggys cela dit) et c’est bien moins agréable que le grand jardin de notre guest house. Nous rentrons finalement après avoir fini notre tour. Comme à notre habitude, l’après-midi n’est pas trop violent, il fait bien trop chaud !

IMG_7259

IMG_7269

IMG_7274

IMG_7275

IMG_7279

IMG_7284

Demain, départ pour Luang Prabang, encore un peu plus au nord !

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Chrisetdom 3 octobre 2017 at 19 h 20 min

    Que d’aventures, vous m’épatez!! Mais les paysages sont superbes !J’aurais aussi aimé une photo de Romain avant/aprés!!

  • Reply Mum 3 octobre 2017 at 19 h 39 min

    Houlà… fatiguée rien que de lire le résumé de cette aventure… vous êtes bien courageux ! Sinon, les jolies fleurs oranges, ça devrait être des oeillets d’inde… qu’on trouve aussi chez nous !

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Common phrases by theidioms.com