Central Java Indonésie

Jours 172 & 173 : Selo Griyo, scooter, rizières et passion pigeons

26 juillet 2017

Dimanche 23 juillet, nous nous levons vers 7h30, et partons prendre notre petit déjeuner. Nous avons en effet rendez-vous à 10h pour partir visiter Selo Griyo, un temple qui se trouve à une heure au nord de Borobudur, et qui est surtout entouré de magnifiques cultures de riz en terrasse (qui sont le principal but de notre visite).

Comme c’est assez loin et que la route à emprunter est assez grosse, nous avons préféré la jouer « sécurité » et partir avec deux Indonésiens de la guest house, en scooter. Cette fois, nous serons donc tous les deux passagers ! Nos deux guides de la journée s’appellent Yogi et Tiji, et ils sont très sympas. Nous grimpons donc à l’arrière des scooters et c’est parti pour une petite heure de route dans la magnifique campagne javanaise. Nous passons à travers de petits villages, croisons de nombreuses mosquées où résonne souvent l’appel à la prière, ainsi que d’innombrables rizières et cultures.

Selo Griyo se trouve au bout d’un chemin, à l’extrémité d’un petit village en hauteur, très mignon. Nous nous garons juste à l’entrée du chemin afin de pouvoir continuer la promenade à pied (plus sympa pour profiter et prendre des photos !). Juste à côté du parking, on assiste à un phénomène assez rigolo (mais pas tant que ça si l’on y réfléchit), auquel on avait déjà assisté à Java mais dont nous n’avions pas encore parlé sur le blog : la course de pigeons ! On se demandait il y a quelques jours quel était le sport préféré des Indonésiens, et nous ne savions pas trop… Depuis, nous avons découvert que l’un de leurs hobbies préférés est la course de pigeons. Comment repère-t-on une course de pigeons (ou un entrainement plutôt) ? Pleins d’hommes se retrouvent autour d’un carré sur le sol, entouré d’une structure en bois. Deux d’entre eux se mettent dans le carré et agitent (oui oui c’est le mot) des pigeons en hurlant. Au bout d’un moment, deux autres pigeons arrivent sur eux comme des flèches, et le premier arrivé a gagné. Et si l’on va un peu plus loin, on croisera probablement d’autres hommes en scooter, avec une cage à l’arrière remplie de pigeons. Ce sont eux qui lancent (c’est aussi le mot) les pigeons qui vont faire la course. Les hommes de chaque côté communiquent avec un talkie-walkie pour qu’ils sachent quels pigeons envoyer. La course de pigeons utilise l’instinct monogame des animaux. Ils vivent en couple toute leur vie, dans la même cage. Ainsi quand ils sont séparés, le mâle va tout faire pour retrouver sa femelle. Pour les entraîner, les amateurs de courses commencent à les lâcher à quelques mètres puis s’éloignent de plus en plus, à plusieurs kilomètres. Il y a des compétitions tous les mois et les prix sont parfois importants, comme des motos par exemple (la deuxième passion des Indonésiens 🙂 ) ! Apparemment, un couple de pigeons qui gagne peut valoir plusieurs centaines d’euros.

Nous observons un peu le spectacle, car c’est assez fascinant et l’engouement est très important parmi les spectateurs ! Les pigeons sont bien nourris et en bonne santé, course oblige, mais le principe reste assez cruel selon nous, mais nous sommes de petites natures !

IMG_0515

IMG_0520

IMG_0451

IMG_0464

Après avoir payé l’entrée (3000 rps chacun, vraiment pas cher) nous commençons à nous promener sur le chemin (en évitant les quelques scooters transporteurs de pigeons), et nous savons vite pourquoi nous sommes venus ! Les rizières sont vraiment splendides… Ce sont les premières vraies grandes cultures en terrasses que nous voyons depuis le début du voyage, et nous ne sommes pas déçus. Cela fait comme un immense patchwork de couleurs, entre le marron et les différents tons de vert. Splendide ! De nombreux agriculteurs travaillent dans les champs, la plupart à pied, et certains labourent avec les buffles d’eau qui tirent de petites charrettes en bois. Les guides nous expliquent qu’il n’y a pas que du riz qui est cultivé, et en effet, nous voyons aussi des champs de tomates, de piments, des aubergines, des bananes… Nous sommes quasiment les seuls touristes, nous en croisons quelques-uns mais pas de gros groupes, ce qui est vraiment très appréciable !

IMG_0519

P7235910

P7235914

IMG_0471

IMG_0463

IMG_0462

IMG_0469

IMG_0475

IMG_0489

P7235906

P7235916

P7235927

IMG_0442

IMG_0446

IMG_0504

P7235930

P7235931

Après une bonne demi-heure de marche et de photos, nous arrivons en bas des marches qui conduisent au temple. Celles-ci ne sont pas bien difficiles et en moins de 5 minutes nous sommes en haut ! Le temple de Selo Griyo est un temple hindou qui date du 9ème siècle. Il est très petit et on a vite fait le tour (en 5 minutes en fait). Nous nous reposons quelques minutes puis décidons de faire demi-tour. Les guides nous proposent alors d’aller voir une cascade qui se trouve dans la jungle, à 30 minutes de marche. Comme nous ne sommes pas bien pressés, nous acceptons. Le début de la marche est plutôt tranquille et agréable, mais il se complique sérieusement au fur et à mesure ! On longe une petite rivière et nous devons souvent la traverser pour la longer, sur des cailloux plus ou moins beaucoup plus glissants ! Au bout d’un moment, alors que nous marchons bien depuis une demi-heure et que la cascade n’est plus très loin, un trou apparait sur le chemin… Il n’est pas immense comme ça, mais on ne voit pas très bien à quel point il est profond, pas très rassurant ! Le guide saute, avec quelques difficultés et finalement après être allé voir plus loin il nous conseille de faire demi-tour. Le ciel est en effet un peu couvert et il ne veut pas risquer de devoir repartir sur le chemin déjà glissant sous la pluie. Cela nous va bien, tant pis pour la cascade ! Nous faisons donc demi-tour et regagnons tant bien que mal le temple. A défaut de cascade, cela nous aura fait une marche sympa dans la jungle.

P7235924

IMG_0479

IMG_0480

IMG_0485

IMG_0487

IMG_0483

IMG_0518

Nous reprenons le chemin en sens inverse, admirons encore une fois les rizières puis les courses de pigeons (où il y a encore plus de monde que tout à l’heure). Nous repartons finalement derrière nos pilotes de scooter. Sur la route, ils nous proposent de nous arrêter pour déjeuner. Nous acceptons avec plaisir car nous avons très faim ! Ils nous emmènent dans un excellent restaurant, Nak Djadi, qui ne coûte rien, comme d’habitude. Romain goûte le tongseng, une soupe de poulet au lait de coco, et Marine prend des brochettes de poulet satay (au barbecue) et à la sauce soja. Tous les deux hyper bons et bien épicés !

Nous rentrons finalement, bien crevés, remercions nos deux guides/pilotes qui ont été adorables et profitons du reste de la journée pour nous reposer.

Le lendemain, nous reprenons la route, direction Jogja, à nouveau, où nous allons passer la nuit. Les hôtes de la guest house de Borobodur nous emmène à la gare de bus, où nous prenons un premier bus direction Jogja pour 25 000 rps chacun. Celui-ci met une bonne heure pour arriver à la gare de bus de Jombor. De là nous prenons un deuxième bus (Transjogjia) qui met une petite demi-heure pour aller dans le centre, pour la modique somme de 3500 rps chacun. Notre guest house pour la nuit, Losmen Setia Kawan, est à deux pas de la gare, d’où nous prendrons le train le lendemain.

En attendant, nous profitons de l’après-midi pour aller au cinéma ! Nous nous rendons dans un mall (avec un Carrefour, le premier depuis le début du voyage !), faisons quelques magasins puis allons voir Spiderman. Et oui il faut bien se tenir au courant de l’actualité (et cela devient notre rituel de tester les cinémas de chaque pays) ! Celui-ci n’a rien à envier aux cinémas européens, et il n’y a pas de coupure comme au Sri Lanka ou en Inde. Pas trop dépaysant donc !

Nous rentrons et allons nous coucher pas trop tard après dîner ! Demain réveil matinal pour prendre le train à 8h, direction Bandung puis Cianjur, pour au moins 9 heures de trajet !

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Chrisetdom 26 juillet 2017 at 12 h 23 min

    C’est bien de tomber sur des guides raisonnables effectivement….Vous avez l’oeil pour prendre des insectes qui se marrient bien avec les feuilles, très jolis! Par contre la course de pigeons c’est pas très fun mais déjà ils sont bien traités. Bon voyage en train!

  • Reply Mum 29 juillet 2017 at 8 h 54 min

    Comme toujours, les photos sont magnifiques… la lumière dans les rizières est superbe. Bon, pour les pigeons, c’est pas hyper génial, mais ils n’ont pas l’air maltraités, et en France, les courses de pigeons voyageurs, ça existe aussi… et sur de très longues distances.

  • Reply Ppa 29 juillet 2017 at 8 h 55 min

    Et à la fin, le pigeon qui perd, on le mange ?

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Common phrases by theidioms.com