Central Java Indonésie

Jours 166 & 167 : Trek autour du Mont Merapi

18 juillet 2017

Lundi 17 juillet, nous prenons notre petit déjeuner et partons directement de Yogykarta en direction de Kaliurang, la petite ville à côté du volcan Merapi. Il y a à priori un bus qui s’y rend de Yogyakarta, avant 11h, en partance de l’arrêt Kentungan. Nous préférons néanmoins nous simplifier la vie et prendre un Grab, qui nous coûte 100 000 roupies (6,5€) depuis le quartier de Prawirotaman, pourboire et péage pour accéder au village de Kaliurang inclus. Nous avons choisi de dormir au Vogel’s Hostel, non pas pour l’hébergement en lui-même (qui est sommaire, même si on s’y sent vraiment bien), mais parce que cette guest house propose des treks de 6 heures autour du Mont Merapi, et qui sont apparemment beaucoup plus intéressant que les tours en jeep. Notre trek a lieu mardi 18, et comme souvent, c’est matinal : lever à 3h45 !

Nous sommes accompagnés pour le trek de deux autres Français, un frère et une soeur très sympas. Nous nous retrouvons tous les quatre pour prendre le petit déjeuner, et recevoir des informations de la part de Christian, notre hôte. Christian a 72 ans, et cela fait 35 ans qu’il fait découvrir le Mont Merapi aux touristes : nous avons donc la chance d’être accompagnés d’un expert. Il possède le permis qui nous permet d’accéder à la limite autorisée aux abords du volcan. En effet, le Mont Merapi est l’un des volcans les plus actifs au monde, et on ne va pas n’importe où, et surtout pas avec n’importe qui. Les éruptions du Merapi ont lieu tous les 3 à 4 ans, avec une éruption plus importante tous les 8 ans environ. La dernière en date remonte à octobre 2010, et elle est déjà historique, car c’est l’une des plus importantes jamais enregistrées. Les nuées ardentes ont provoqués la mort de plus de 300 personnes, dont Mbah Maridjan, un des hommes les plus importants du village.

Aujourd’hui, nous ne courrons pas de grand risque. Si le volcan est en regain d’activité, il est toujours classé en niveau d’activité 1 sur 4, 4 étant l’alerte rouge où les gens sont évacués des alentours. Christian nous informe qu’avec de la chance, nous pourrions peut-être assister à une petite coulée de lave, ou entendre le ronflement du volcan. Christian nous montre une petite vidéo explicative (dans laquelle il est interviewé), et où il explique très bien la relation entre le volcan et les villageois. Il décrit le Merapi comme un « Good guy, bad guy » : « good », parce qu’il fertilise les sols, amène des touristes… et « bad », pour les raisons que l’on connaît. Malgré les dangers qu’ils peuvent courir, les habitants de Keliurang et des villages alentours n’ont aucune intention de partir de ces terres.

Nous partons un peu après 5h, accompagnés du fils de Christian, qui sera notre guide pour la matinée. Nous marchons un peu dans le noir, dans une jungle très dense (qui n’a que 7 ans, la précédente ayant été détruite par les cendres brûlantes de l’éruption de 2010), en direction d’un spot pour observer le lever de soleil. Celui-ci ne donne pas sur le Mont Merapi, qui est au nord, mais sur un autre volcan, le Mont Lawu. Malgré les nuages (nous sommes décidément abonnés), le lever de soleil est très beau et nous offre de belles tonalités de orange. Une fois que le soleil apparaît à la surface de la terre, nous reprenons notre chemin dans la jungle, pour nous rendre à un deuxième point de vue, sur le Mont Merapi cette fois. Nous sommes ravis de voir que nous sommes seuls au monde, cela fait du bien !

P7185746

IMG_0037

IMG_0044

IMG_0048

Quand nous arrivons au point de vue, il fait maintenant plein jour et le ciel est plutôt bleu, même si les nuages s’accrochent sur notre volcan. Le Mont Merapi est vraiment immense, plus de 2900 mètres, et la fumée qui s’échappe du cratère le rend puissant et très impressionnant. Il surplombe des hectares de végétation et transforme le paysage au fur et à mesure de ses éruptions. Nous restons un petit moment pour l’observer, en profitant d’une plateforme installée à cet endroit.

IMG_0058

IMG_0051

IMG_0054

P7185757

IMG_0069

P7185760

P7185777

Quand nous repartons, c’est pour nous rendre vers les vestiges du village qui a été détruit en 2010. Nous marchons une heure environ dans la forêt, croisons quelques petits chiens, ravis de voir notre guide comme tous les jours, et arrivons finalement au village. Des ouvriers travaillent sur la construction d’une maison, ce qui montre que personne n’est décidé à partir. Les bâtiments accueillaient autrefois le chef du village ainsi que des touristes, ils ont été transformés en sorte de musée et d’hommage aux personnes décédées en 2010. C’est assez glauque à vrai dire (on peut voir un véhicule complètement calciné notamment)…

P7185770

P7185776

IMG_0084

IMG_0087

IMG_0088

Après avoir bu un thé et un café dans un petit warung, notre prochaine étape est le « bunker », un abri sous-terrain connu pour non pas avoir sauvé des gens, mais parce que deux journalistes y sont morts lors de l’éruption de 2006. L’abri est en effet prévu pour les tremblements de terre et les effondrements, mais pas pour les fortes chaleurs (dommage quand on a un volcan à quelques kilomètres…). Encore une fois c’est assez glauque, et nous ne restons pas trop.

À côté du bunker, se trouve un immense sillon, qui ressemble presque à un canyon. Il s’agit de l’ancien lit d’une rivière maintenant asséchée, où s’est écoulée la lave lors des deux dernières éruptions. Au fort et à mesure du temps, des éruptions et des moussons, ce canyon se fait de plus en plus large, et les effondrements se font fréquents. Nous le longeons un peu en faisant bien attention d’éviter les endroits fissurés ! Quelques aigles volent au-dessus de nous, et nous regardons le Mont Merapi qui s’efface peu à peu dans les nuages.

IMG_0100

P7185785

IMG_0111

IMG_0129

Nous repartons finalement par un autre chemin, et notre guide nous fait découvrir les merveilleuses plantes de la jungle en nous expliquant leurs spécificités. Nous découvrons notamment la plante « baume du tigre », dont les racines sont extraites et utilisées pour guérir les rhumes et les maux de gorges, la plante « prout » (pour l’odeur vous l’aurez compris), utilisée elle pour faire des blagues, l’arbre « tek » qui donne le bois du même nom et dont les feuilles sont utilisés pour faire des colorants alimentaires (elles deviennent rouges quand on les frotte), mais aussi le « love tree » (l’arbre à papayes avec une écorce en forme de coeurs), la citronnelle, l’arbre à café ou aux fruits de la passion… Pleins de belles découvertes où nous sommes encore une fois impressionnés par la richesse proposée par la nature.

IMG_0132

P7185788

P7185789

P7185791

IMG_0148

IMG_0151

Quand nous rentrons finalement à l’auberge, il est presque midi, et un gros repas nous attend ! Nous nous régalons avant d’aller faire une bonne sieste et prendre une douche.

Le reste de la journée sera plutôt calme (et d’ailleurs il se met à pleuvoir), nous en profitons donc pour planifier la suite du voyage. Nous partirons demain en direction des temples hindous de Prambanan !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Common phrases by theidioms.com